Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd'hui, nous sommes dans un monde où la machine nous dirige pour nous amener vers l'amnésie.

Cette perte programmée de la mémoire engendre une peur, de la panique chez le consommateur.

Cette peur est-elle entretenue par l'ignorance, la désinformation ?

Pour nous en convaincre, faisons le test suivant : reprenons nos livres.

Est-il facile ou difficile de s'y plonger durant plus d'une heure ?

Que la réponse soit positive ou négative, il est intéressant de reposer notre cerveau durant quelques heures. Quelques heures qui nous ramèneront sur terre pour nous réapprendre à nous concentrer.

Quelques exemples à lire pour nous réapproprier nos sens, nos sensations :

En 2009, dans "Le Miroir de Cassandre", B. Werber projette l'ouverture d'un gouvernement mondial. L'unification et la globalisation que nous vivons aujourd'hui.

Auparavant en 2007, cet auteur visionnaire achevait l'odyssée de Michael Pinson, ancien médecin-anesthésiste, ancien ange, et élève-dieu avec le "Mystère des Dieux". 

Une réflexion sur la nature humaine que nous parcourons en suivant l'évolution du peuple dauphin et du peuple requin.

"Un être humain fait partie d'un tout que nous appelons "l'Univers" ;

il demeure limité dans le temps et l'espace".

Albert Einstein.

En 1991, dans "Le Monde de Sophie, Jostein Gaarder nous fait voyager au sein de la philosophie.

Trois ans plus tard, cet auteur philosophe publie "Dans un miroir obscur". Il s'agit d'une enfant, atteinte d'un cancer. Les conversations avec l'au-delà nous permettent de comprendre que nous avons la chance d'être vivant.

En 1926, dans "Le Château", Franz Kafka dépeint l'absurdité humaine au travers du prototype de l'homme d'aujourd'hui : Le citoyen obéissant au prêt à penser dicté par le monde virtuel. Il est tellement plongé dans ce réel fantastique qu'il en oublie le poids de cette dictature.

(Du même génie : le Procès et la Métamorphose)

En 2000, Jean Amadou publie "Je m'en souviendrai de ce siècle !" pour pointer du doigt l'absurdité, le cocasse. Parmi ceux-ci :

  • "La place du Palais-Bourbon va être rénovée. Le président de l'Assemblée nationale a demandé, entre autres, à ce que la statue de la Loi soit retournée, de façon à ce qu'elle regarde la démocratique institution au lieu de lui tourner le dos. Si la statue de la Loi regarde désormais l'Assemblée nationale, c'est qu'elle entend la surveiller Mais si dans le même temps elle nous tourne le dos, c'est qu'elle ne s'intéresse plus à nous. Pour que la Loi consente à nous accorder un regard, il faudra que nous nous placions entre elle et l'Assemblée nationale. Si nous interrogeons ceux que nous avons élus, nous aurons la Loi dans le dos. Si nous nous adressons à la Loi, nous ne verrons plus les députés. Ça n'a l'air de rien, les symboles... Pourtant si on fouille un peu, ça devient vite angoissant".

Il reprend une citation de Rosa Luxemburg :

  • "Femme qui aspire à l'égale d'un homme manque d'ambition

Pour illustrer, l'auteur chroniqueur complète par une réflexion issue d'un institut de recherche américain :

  • "Si vous n'avez pas conscience du travail accompli par votre femme depuis le lever jusqu'au coucher, essayer de calculer combien vous coûteraient plusieurs personnes que vous seriez obligés d'engager pour le faire...et je dis bien plusieurs, car une seule n'accepterait jamais d'accomplir toutes ces tâches"
Déconnectons-nous quelques heures. A nos livres : "L’évolution du “peuple dauphin” et l'évolution du “peuple requin” - Apprivoisement de la mort en réfléchissant sur les merveilles de la vie - La révélation de l'absurdité
Tag(s) : #Déconnexion par la lecture

Partager cet article

Repost 0