Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Exister par le scandale, le dénigrement masque le défaut d'intelligence et de vision à long terme. A contrario pourquoi s'en servir ?

Le danger : l'avenir décidé par l'émotion à la place des idées et de la raison, l'absence des votes du citoyen dégouté.

Mais justement, l'objectif de ces scandales serait-il l'abrutissement du peuple ?

Dans quel but ? Seuls voteraient les "organes" porteurs du candidat qu'ils ont choisi hors démocratie ?

Sommes-nous aussi stupides pour croire à l'illusion ? Aux promesses sans chiffrages ? Sommes-nous dans un monde virtuel ? Attendons-nous que la flatterie de nos égo plutôt que la réflexion par nos neurones ?

Première illustration :

Comble de la manipulation et de la bêtise, l'un des candidats à l'élection présidentielle serait l'objet d'attaques d'une grande puissance mondiale ?

La question : son programme est-il si lisible qu'il porterait ombrage à cette puissance ? Pire la mettrait-il en danger ?

A-t'il présenté un bilan prévisionnel "chiffré" des promesses émises et sa contrepartie financière, l'impact sur les ménages ? Un illusionniste comme président ? 

D'ailleurs les idées émises, comme notamment la police de proximité, ont-elles germées de son cerveau ?

Le remboursement dans sa totalité des frais dentaires et optiques est-il réaliste alors que de l'autre côté il s'agit de diminuer les cotisations et l'ISF censées aider à la solidarité nationale. Solidarité qui a permis aux baby boomer d'élever leur niveau social ? L'ont-il oublié ?

L'incohérence : ce candidat dénonce l'instrumentalisation de l'histoire. Mais comment argumente-t'il ses discours ? Ceux-ci sont ils exempts d'un retour en arrière ? La colonisation est-elle une période à venir ? Le mariage pour tous un avenir ?

A quoi doit-il sa renommée ? A ses idées ? A son entourage ? A son argent ou à ses productions ?

Deuxième illustration :

Tournons-nous, vers un autre candidat qui est l'objet, depuis des semaines, d'attaques concernant le financement d'emplois fictifs et l'abus des finances du peuple.

Est-il le seul de ces candidats aux élections à être coupable de ces pratiques ? Est-il le seul parmi les "politiques nationaux" à interroger sur les privilèges auto-alloués ?

A ce sujet, la Cour des comptes vient d'épingler un organisme censé représenter un service d'intérêt général pour le développement économique du pays.

Il me semble que d'autres font aussi l'objet d'une enquête.

Troisième illustration :

La royauté ou l'oligarchie serait-elle le régime approprié à notre mutation ? 

La chute de la monarchie le 10 août 1792 entraîne la proclamation de la République mais surtout la disparition du symbole du régime : l'exécution du roi le 21 janvier 1793.

Rappelons que la famine de la paysannerie, l'esclavagisme d'une certaine population travaillant sans repos étaient en contradiction avec la richesse illuminant les Jardins, les Salons mondains.

La révolution est l'aboutissement d'un choc occasionné par la mutation de la société. Nous y sommes.

Le pouvoir politique est dépassé par cette transformation propulsée notamment par "les Lumières".

La Monarchie absolue de droit divin apparaît la matrice d'un parti extrême qui voudrait que seul sa tête gouverne. Ses membres seraient de simples techniciens : la centralisation est le seul moteur. L'objectif : le "roi" ne pense qu'à maintenir sa lignée, sa prochaine génération. Ca ne vous rappelle rien ?

D'ailleurs le 14 avril 2015 la petite fille du fondateur d'un parti d'extrême droit s'exprimait ainsi "il y a des monarchies qui sont plus démocratiques que certaines républiques. Je ne comprends pas cette obsession pour la République. Pour moi, la République ne prime pas sur la France".

Or, rappelons que la bourgeoisie et la noblesse sont à l'origine de la destitution du roi. Le peuple servant d'outils pour assoir leur volonté d'un régime parlementaire pour pouvoir siéger et grandir dans le rang social.

Mais entre-temps, les inégalités s'accroissent, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres. Le peuple meurt de faim. 

Pour autant, les privilèges sont-ils justifiés ?

Basés sur aucun mérite ou service rendu. Ils sont érigés en un droit de lignée (oligarchie de nos jours). L'exemple type est le parti précité. 

Conclusion :

Nous pouvons dès lors comprendre la bêtise au sein des instances "politiques". Celles-ci équipées d'hommes et de femmes qui n'ont pour seule volonté que leur seul maintien à leur seul poste au détriment de l'intérêt général. D'où une soif d'argent quand bien même le peuple serait spolié.

Tout d'abord, pouvons-nous en conclure que nous devons approuver l'effacement de la représentation démocratique dans un système de "globalisation" (la mondialisation c'est du passé a contrario pour quelle raison mettre en avant un banquier ?).

Ensuite, devons-nous approuver d'être considérés comme des pantins ? Comme des outils à la solde d'une lignée ? 

Est-il temps de réagir ou devons-nous attendre d'être aussi spoliés du pouvoir ?

Enfin ultime question, l'objet de ces incohérences est-il de mettre face à face deux candidats "choisis" pour obtenir l'approbation d'une partie de la population pour l'un des deux et ainsi donner les rênes à des "inconnus" ? Dans ce cas autant nous expliquer et nous permettre d'avancer au même rythme que ces "élus".

Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0